Os caminhos das M&Ms

Préparatifs

Les préparatifs…

Les points importants avant notre départ ont été:

  • L´inscription dans l´université en Australie

Un des points les plus importants, évidement! Les inscriptions ne commencent pas plus d´un an à l´avance, dans notre cas, pour le cours de Maic, c´était à partir de février 2015. Il a fallu passer un test d´anglais, traduire les relevés de notes des études post-bac, écrire une lettre de motivation et envoyer 2 lettres de recommandation. Relativement simple au final. Et puis payer….

  • L´itinéraire

L´itinéraire général a été pour nous assez facile à définir, le détail ensuite se fait au fur à mesure et est plus difficile!

  • Les billets d´avion

Nous avons pris nos billets d´avion à l´unité et ne sommes pas passées par un billet tour du monde car ce n´était pas avantageux pour nous, principalement parce que nous partions de São Paulo et parce que les billets tour du monde comportaient des restrictions qui ne nous convenaient pas (délai de validité d´un an, retour au point de départ, etc.). Les tarifs tour du monde au départ d´Europe sont bien plus attractifs; pour un départ d´Amérique Latine, c´est bien plus cher, mais cela vaut quand même le coup de vérifier. Nous avons demandé de nombreux devis « billets Tour du Monde », mais sans être satisfaites. Les principales alliances des compagnies aériennes (Sky Team, Star Alliance, OneWorld) proposent directement des billets tour du monde et les trajets peuvent être testés sur leurs sites (avec un prix indicatif), c´est un peu lourdingue à faire (il faut choisir les itinéraires puis les vols, tous les aéroports ne sont pas desservis, ou bien le vol n´est pas disponible tel jour, etc.) mais cela donne une idée et on peut faire autant de tests que l´on veut, et jouer sur les itinéraires à sa guise. Sinon des agences spécialisées peuvent faire le travail et sont plutôt efficaces. Nous avons demandés des devis à Travel Nation (agence basée à Londres), qui était plutôt réactif, mais n´a pas réussi à nous trouver quelque chose de vraiment intéressant.

  • Les visas

Dans les pays où nous arrivons en avion, nous n´avons pas besoin de visa (ou bien le visa peut-être acquis à l´entrée sur le territoire), sauf l´Australie qui est un cas à part puisque nous n´y entrons pas comme touristes mais comme étudiantes (un autre type de visa). Pour les autres pays où nous entrons par la route, nous ferons les démarches au fur et à mesure. Ceci dit, sur notre itinéraire, il y a relativement peu de pays qui requièrent des procédures compliquées. Pour l´Australie, et nous ferons notre visa pour l´Australie depuis la Thailande (le visa peut-être demandé 3 mois avant le début des cours).

  • L´assurance santé

Indispensable pour éviter un séjour gâché par un problème de santé. Nous avons pris l´assurance Chapka. Nous avons eu quelques questions existentielles du fait de notre situation (2 nationalités différentes) mais au final ce n´était pas si problématique que cela même si nous avons eu du mal à avoir des réponses! Nous avons fait des recherches auprès des assurances suivantes: Chapka, AVI International (l´assurance du Guide du Routard) et World Nomads. Nous avons choisi l´assurance Chapka car cette dernière offrait le prix le plus intéressant et répondait le mieux à nos besoins.  Les autres assurances contactées étaient plus chères et présentaient toutes des inconvénients (AVI International, l´assurance du vieux campeur, avait un délai de carence trop important – il faut dire que nous nous y sommes prises un peu tard – et World Nomads fait payer 70 dollars à chaque fois que l´assurance est activée, même pour un petit soucis, ce que nous n´avons pas trouvé pratique). Dans tous les cas, il faut bien lire les conditions contractuelles de chaque assurance avant de choisir, car c´est vraiment au cas par cas, selon les voyages de chacun, une assurance va correspondre mieux qu´une autre.

  • Les vaccins et la prévention anti-paludisme

En plus de l´assurance, côté santé, il faut aussi se préoccuper des vaccins et des médicaments contre le paludisme. Pour les vaccins, nous sommes allées au Centre de Médecine du Voyageur près de notre travail, dont les coordonnées sont ci-dessous. Un autre centre similaire existe également à l´Hospital das Clinicas.

Ambulatório de Medicina do Viajante
Universidade Federal de São Paulo (UNIFESP)
Rua Borges Lagoa, 770 – Vila Clementino
Tel.: 55 11 5084-5005
Horário de Atendimento:
segunda a sexta das 13h30 às 17h.

Ce centre est public, les consultations et les vaccins sont gratuits. Malheureusement, tous les vaccins ne sont pas disponibles sur place et donc la moitié des vaccins doivent être fait ailleurs et sont du coup payants. Le médecin nous a prescrit les vaccins suivants: Tétanos, ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole), Rage, Méningite, Typhoïde, Hépatite A et B.

En ce qui concerne la prévention anti-paludisme, c´est un peu compliqué (et ça revient cher) pour un voyage si long car des comprimés journaliers doivent être pris tous les jours dans les zones à risques. Par ailleurs, il ne s´agit que d´une prévention, la meilleure chose restant de se protéger (vêtements longs et produit anti-moustique) pour ne pas se faire piquer (ou peu).

  • Les papiers de la voiture et les assurances voiture, le permis de conduire

– les assurances voiture: pour le Mercosul (dans notre cas, l´Argentine), l´assurance obligatoire « Carta Verde » doit être prise. Au Chili, l´assurance au tiers est également obligatoire et peut être achetée sur internet facilement. Pour la Bolivie, c´est plus compliqué, il n´y a pas de contrôle à la frontière sur une assurance, et il est très difficile d´en trouver une, donc nous avons fait sans. Il semblerait qu´HSBC propose une assurance générale Amérique Latine ou du moins Mercosul étendue (qui comprend des pays supplémentaires), mais il faut alors ouvrir un compte. Notre banque (Banco do Brasil) faisait la « Carta Verde » mais ne couvrait pas les pays hors Mercosul.

– les papiers de la voiture: le document original de la voiture est suffisant (du moins le document brésilien, nous ne savons pas dans le cas d´un document européen) pour les pays que nous avons visité en Amérique Latine. Pour aller dans d´autres pays et notamment en Afrique, pour faciliter les démarches en douane, il faut un « carnet de passage », une sorte de passeport pour la voiture, mais personne n´émet ce document au Brésil pour le moment. Sans ce document, il faut payer une très forte caution pour la voiture (plus ou moins équivalent au prix de la voiture) qu´on récupère à la sortie du territoire. A la date d´aujourd’hui, les personnes voyageant avec un véhicule brésilien doivent d´abord passer dans un pays qui fait ce document avant d´aller en Afrique ou dans un autre pays qui requiert le carnet de passage, il est néanmoins peut-être possible de récupérer ce document à distance auprès ce certaines entités/clubs automobiles étrangers.

– le permis de conduire international est fortement recommandé, même si dans certains pays le permis original est accepté.

Laisser un commentaire